Placement de tresorerie d’entreprise : les solutions pour l’optimiser

Placement trésorerie entreprise : les solutions pour l'optimiser
Placement trésorerie entreprise : les solutions pour l'optimiser

Que vous soyez chef d’entreprise, dirigeant de société ou directeur financier (DAF), il est grand temps pour vous de penser à mieux placer la trésorerie de votre entreprise.

Vous connaissez évidemment les comptes à terme (CAT), comptes à terme à taux progressif, dépôt à terme (DAT) et autres SICAV monétaires accessibles sur des comptes titres.

Il s’agit certes de solutions à retenir pour optimiser la trésorerie de précaution susceptible d’être sollicitée à tout moment mais comme vous pouvez le constater dans les tableaux ci-dessous, le rendement de ces solutions est très faible, voire négatif après prise en compte de l’inflation.

Seule exception dans cet environnement garanti en capital (ou quasi garanti en capital), les fonds euros accessibles au sein des contrats de capitalisation (mais leurs performances diminuent d'année en année).

ProduitsRendements moyens en 2017Les + et les -
OPCVM Monétaires Euros-0,25%Liquide mais rendement négatif
OPCVM Monétaires Euros dynamiques ou équivalent0,39%Variations faibles donc prévisibles mais rendement faible
TCN (Titre de Créance Négociable)nuls ou négatifs si < 5 ansCapital garanti, liquide mais rendement faible
Compte à terme0,10% à 0,40% sur 3 ansCapital garanti, taux fixe mais blocage/pénalités
Contrat de capitalisationPerformance des fonds euros (jusqu'à 4,05%)Capital garanti mais baisse des rendements

Source : Quantalys, Bloomberg, Banque de France, FFSA (données 2017)

Rendement d'un CAT (Compte à Terme) bloqué 3 ansInflation 2017Rendement réel (après inflation)
0,40%1,00%-0,60%

CAT (comptes à terme) : un rendement négatif après inflation !

Les solutions de type compte à terme ne sont donc plus des solutions adaptées aux trésoreries stables, abondantes et excédentaires.

Heureusement pour la trésorerie de votre entreprise, il existe aujourd’hui des solutions bien plus rémunératrices, dont le risque peut être adapté à votre profil (sachant qu’il existe même parfois des solutions garanties en capital).


Les différentes catégories de trésorerie d’entreprise

En réalité, il existe trois types de trésorerie d’entreprise :

  • La trésorerie de précaution (trésorerie de court-terme) : c’est la trésorerie utilisée pour anticiper les charges futures de l’année, qu’elles soient prévues comme le besoin en fonds de roulement (BFR) ou pas. Elle doit pouvoir être mobilisée à tout instant. Elle est donc à placer sur des échéances courtes (moins de 12 mois) ou disposer d’une possibilité de retrait sans pénalités.
  • La trésorerie non affectée (trésorerie de moyen-terme) : Sorte de marge pour aléas, elle peut également correspondre à une réserve constituée pour un projet futur non encore calibré (horizon de placement : entre 12 et 36 mois). Il existe des solutions permettant d’optimiser cette trésorerie. Les performances ne peuvent cependant pas encore être fantastiques.
  • La trésorerie stable (trésorerie de long-terme / trésorerie de réserve) : elle correspond aux trésoreries stables capables de générer un excédent de trésorerie de manière récurrente et suppose un placement sur le long terme pour être optimisée. Si ces conditions sont réunies, c’est LE véritable creuset pour créer de la valeur. En effet, avec un horizon de placement accru, les possibilités offertes et les performances potentielles sont beaucoup plus importantes.

Pourquoi il est urgent d’optimiser vos placements de trésorerie d’entreprise ?

La plupart du temps, l’excédent de trésorerie est placé dans votre banque sur des Comptes à Termes, des Sicav monétaires ou encore des certificats de dépôt qui, on l’a vu, ne rapportent malheureusement plus rien.

Pour comprendre la situation actuelle, il faut comprendre la situation dans laquelle se trouvent les banques face au taux Euribor (Euro Interbank Offered Rate). En synthèse, l’Euribor est le taux auquel une banque qui dispose d’un excès de liquidité prête de l’argent aux autres banques. A l’heure actuelle, le taux Euribor 3 mois (le taux de référence) est historiquement bas puisqu’il est de -0,36% et perd régulièrement en rendement depuis la crise de 2008 (la situation semble toutefois s’être stabilisée depuis fin 2016, mais à un niveau très bas). Cela signifie donc qu’une banque A qui a un excès de disponibilité, paye une banque B pour lui prêter de l’argent. Le monde à l’envers !

Taux euribor 3 mois - un impact clé pour la trésorerie de votre entreprise

fig. : PLACEMENT TRESORERIE ENTREPRISE : un impact direct du taux Euribor 3 mois

Or, il faut savoir qu’il existe un lien direct entre le taux d’intérêts Euribor et le taux de rémunération que les banques proposent à leurs clients sur des placements de type Compte à Terme ou Sicav monétaires ; plus le taux Euribor est faible, plus le taux de rémunération de ces placements l’est également.

Vous l’aurez compris, si vous détenez un de ces placements dont le capital investi est garanti contre un taux de rendement indexé au taux Euribor, votre trésorerie d’entreprise ne pourra bénéficier d’aucune rentabilité.

Si l’on intègre le poids de l’inflation (1,0 % en 2017 d’après l’INSEE, plus encore à priori en 2018), vous arrivez à des rendements définitivement et massivement négatifs.

Sachez enfin que pour les grandes sociétés, les banques imposent de plus en plus des taux négatifs pour le cash non placé (ex : -0,3%).


Les critères à analyser avant de choisir la solution pour placer votre trésorerie

Avant de placer sa trésorerie d’entreprise et de déterminer le support de placement le plus adéquate, il faut être capable de répondre aux questions suivantes :

- De quelle catégorie de trésorerie parle-t-on (précaution, non affectée, stable) ?
- Quel montant placer ?
- Quel est l’objectif de ce placement (protéger le capital contre l’inflation, valoriser le capital pour un projet, valoriser le capital sans contrainte en matière d’échéance, etc.) ?
- Pour combien de temps (horizon de placement) ?
- Quelle stratégie de risque adopter ?
- Qu’est-ce qu’impose la loi en la matière ?

Concernant ce dernier point, notez que l’accès à certaines des solutions présentées ci-dessous peut être limité pour certaines sociétés, que ce soit du fait de la forme sociale de la société (association, fondation, organismes de droit privé sans but lucratif, société commercial) ou parce que les statuts imposent des contraintes sur ce point.

N’hésitez pas à nous consulter pour analyser votre situation ensemble.


LE PANEL DE SOLUTIONS POUR PLACER VOTRE TRESORERIE D'ENTREPRISE

En fonction des réponses aux questions ci-dessus, il existe des solutions alternatives à celles proposées par votre banque.

Contrairement aux solutions en général proposées en banque (souvent exclusivement bancaires et très souvent constituées dans un environnement fermé : le teneur de compte, les sociétés de gestion et le conseiller faisant partie du même groupe), nos propositions sont constituées des meilleures solutions du marché (solutions en architecture ouverte) pour aller chercher les meilleurs contrats et les meilleures solutions du marché au sein de ces contrats.

Solution n°1 : compte titre (pour trésorerie stable & trésorerie non affectée)

Cette solution permet d’investir sur un large panel de fonds (OPCVM) gérés par les meilleures sociétés de gestion de la place (Edmond De Rothschild, Carmignac, H2O AM, Amundi, Financière de l’échiquier, etc.) et/ou d’avoir accès à des mandats de gestion de ces mêmes sociétés de gestion. L’idée dans le cas d’un mandat de gestion étant de bénéficier soit d’une gestion profilée (par profil de risque) soit totalement personnalisée.

Avec nos solutions de compte titre, il est ainsi possible de trouver des solutions adaptées à tous les profils (sécuritaire, équilibré, dynamique) et à tous les horizons de placement. Par contre, pas de solution à capital garanti.

Pour des durées d’investissement longues, il est également possible d’avoir accès à des obligations structurées (disposant pour la plupart de garanties en capital partielles à terme).

Solution n°2 : contrat de capitalisation Français (pour trésorerie stable)

Comme le compte titre, ces contrats permettent d’investir sur un large panel de fonds.

Ils permettent en complément d’accéder pour tout ou partie du montant investi (en fonction des contrats) à des fonds euros garantis en capital.

Notez que les performances des fonds euros peuvent s’avérer très intéressantes (à titre d’exemple, la performance des fonds euros que nous proposons est allé jusqu’à 4,05% net de frais de gestion en 2017).

Vous avez également la possibilité d’y loger des actifs de type SCPI, OPCI ou SCI qui se sont avérés capables de générer des performances à la fois élevées et régulières dans le temps (vous trouverez en bas du présent article des exemples de performance de SCI & SCPI).

Reste que l’accès à ces solutions est limité aux associations, fondations, congrégations religieuses, CARPA ainsi qu’aux personnes morales à l’IR ou à l’IS ayant un objet patrimonial (holding patrimoniale en général). Elles ne sont donc pas accessibles pour la trésorerie d’une société commerciale opérationnelle en application de consignes de la FFSA (Fédération Française des Sociétés d'Assurance) et du GEMA (Groupement des Entreprises Mutuelles d'Assurances) définies en 2003 et 2004, affinées en 2011. L’objectif de ces consignes FFSA/GEMA étant d'assurer la stabilité des fonds en euros.

Les personnes morales autorisées à souscrire des contrats de capitalisation Français à prime unique sont à l’heure actuelle

- les "organismes de droit privé sans but lucratif",

- les "sociétés qui ont pour activité principale la gestion de leur propre patrimoine mobilier et immobilier dont les associés sont soit des personnes physiques, soit des sociétés non soumises à l’impôt sur les sociétés, soit des sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés dont les associés seraient exclusivement des personnes physiques ou des sociétés non soumises à l’impôt sur les sociétés".

Plusieurs conditions sont à respecter

- "Le chiffre d'affaires de ces sociétés au titre des activités industrielles, commerciales, artisanales ou libérales ne dépasse pas 10 % de la somme du chiffre d'affaires et des produits financiers, y compris les plus-values.

Remarque : Les loyers et les honoraires de prestations de service et de conseil fournies aux filiales n'entrent pas en ligne de compte dans le chiffre d'affaires considéré.

- Pour l’engagement en euros des contrats de capitalisation souscrits, la rémunération totale, taux technique et participation aux bénéfices, afférente au moins aux douze premiers mois n'est attribuée au contrat qu'au terme de la quatrième année suivant la souscription.

- En cas de sortie du support en euros par rachat avant le terme de la quatrième année, cette rémunération est réduite en proportion du montant racheté par rapport à la valeur totale du contrat".

Quelle fiscalité pour les contrats de capitalisation ?

- En présence d'une société soumise à l'IS, pour la part du contrat non soumise à rachat, les gains annuels seront considérés comme des intérêts courus définis selon les dispositions particulières de l'article 238 septies E du CGI.

- Globalement, dès lors que la valeur de remboursement est aléatoire (contrat en UC) et tant qu’il n’y a pas de rachat, la fiscalité des gains potentiels correspond à l’application du taux d’IS sur 105% du taux OAT au moment de la souscription du contrat (soit à l’heure où nous rédigeons cet article 105% x 0,80% = 0,84%). Ce taux est appliqué au montant nominal du contrat (c.a.d. au montant initialement versé diminué des rachats déjà effectués).

- En cas de rachat, les intérêts ou produits versés lors du dénouement du contrat sont soumis à l'impôt sur les sociétés (le résultat étant diminué des fractions de prime et d'intérêts imposées en application de l'article 238 septies E).

En conséquence, ce résultat est calculé à partir du prix de cession diminué des fractions de prime et d'intérêts déjà imposées.

Cette spécificité des contrats de capitalisation en fait un excellent support dès lors que l’on se trouve dans le cas suivant :

      • Trésorerie stable
      • Horizon de placement important
      • Profil de risque permettant de prendre une part de risque avec comme corollaire un objectif de performance important (ex : 6%)
      • Pas (ou peu) de rachats prévus sur le contrat avant un laps de temps important (ou rachats partiels limités par exemple au niveau des intérêts réels générés par le contrat)
      • Dans un tel cas (sans rachat), l’assiette (base imposable) imposable à l’IS est limitée à 0,84% du montant nominal du contrat (c.a.d. son montant au moment du versement initial).

Conséquence (et intérêt des contrats de capitalisation par rapport aux comptes titres) : l’assiette imposable n’augmente pas avec la taille du contrat et la fiscalité (au taux d’IS) est limité à 0,84% du montant initialement souscrit. On se trouve donc dans une situation très faiblement fiscalisée permettant de générer des intérêts qui eux même génèrent des intérêts, la fiscalité (au taux d’IS) n’étant elle-même appliquée aux gains qu’en cas de rachat du contrat.

Pour les sociétés à l’IS, notez que les trois premières années, des pénalités de sorties sont parfois appliquées (cf. consigne FFSA) en cas de sortie d’investissements placés sur les fonds euros. Ces pénalités ne sont cependant pas systématiques et sont contractuelles.


Solution n°3 : contrat de capitalisation Luxembourgeois (pour trésorerie stable)

Les atouts sont les mêmes que pour le contrat de capitalisation Français.

Le seul bémol concerne les fonds euros, moins facilement disponibles et réassurés lorsque disponibles, ce qui réduit leur performance de l’ordre de 0,25% la plupart du temps.

La liste des avantages est cependant très longue par rapport aux contrats de capitalisation Français :

- Plus de sécurité pour votre investissement (ségrégation des comptes, super privilège, etc.)
- Une tarification extrêmement souple (qui autorise des frais plus faibles que sur les contrats Français la plupart du temps)
- Une flexibilité accrue en matière de support d’investissement permettant de proposer des produits sur mesure.
- Enfin, l’accès (sous certaines conditions) à des contrats de capitalisation pour les sociétés commerciales à l’IS ou à des sociétés commercial à l’IR non patrimoniales (non éligibles à des contrats de capitalisation Français). N’hésitez pas à nous consulter pour en savoir plus.


Solution n°4 : Achat de parts de SCPI en Usufruit temporaire

Pour comprendre l’intérêt de cette solution, il faut d’abord savoir que la moyenne des performances des SCPI s’est élevée en 2017 à 4,43% net de frais de gestion (1) .

Qu’est ce qu’une SCPI ?

L’achat de parts de SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) permet en effet d’investir dans l’immobilier professionnel (bien plus rentable que l’immobilier locatif destiné aux particuliers), ceci sans aucun souci de gestion. En effet, en souscrivant des parts, vous devenez copropriétaire de la SCPI. C’est la société de gestion en charge de la SCPI qui se charge de rechercher les immeubles à acheter, d’acheter les immeubles, de la gestion locative, du paiement des taxes locales, de la gestion et du financement des travaux, etc.).

Avantages des parts de SCPI :

- Accès au marché de l'immobilier d'entreprise qui offre des rendements nettement supérieurs à ceux d'habitation.
- Placement souple en terme de montants, donc possibilité de diversifier les supports.
- Meilleure diversification (géographique, sectorielle, locative) qu’un achat immobilier classique.
- Pas de gestion de l’achat/vente des biens immobiliers, c’est la SCPI qui se charge de rechercher, acheter et vendre les biens
- Pas de gestion locative, de taxes locales, de charges ni de gestion des travaux. Là encore, la SCPI se charge de tout
- Pas de taxes additionnelles (les taxes, foncières ou autres, sont déjà intégrées dans la performance affichée)
- Pas de gestion des impayés
- Vous êtes maître du montant que vous souhaitez investir ou récupérer

Inconvénients des SCPI :

- Pas de garantie en capital (il s’agit d’un actif soumis aux fluctuations du marché immobilier). Il peut cependant être pertinent d’investir dans des parts de SCPI sans volonté de les revendre, l’objectif étant dans ce cas de bénéficier de leur capacité à générer des rendements élevés et réguliers.
- Pas de frais de notaires mais des droits d’entrée (il s’agit en réalité de frais de sortie) relativement élevés (de l’ordre de 10% TTC). Un niveau comparable à celui d’une acquisition immobilière traditionnelle. De fait, comme pour l’immobilier en direct, il s’agit clairement d’un investissement de long terme (nous conseillons un minimum de 8 ans à 10 ans).
- Liquidité des parts : Pour la plupart des SCPI (SCPI à capital variable) et sauf dispositions exceptionnelles, les parts de SCPI peuvent être rachetées à tout moment aux associés par la SCPI elle-même. La valeur de rachat est systématiquement communiquée (prix de rachat). En cas d’important retournement de marché, les parts peuvent se retrouver illiquides pendant quelques temps (le temps pour la société de gestion de vendre des immeubles pour racheter les parts de l’associé sortant).
- Les parts de SCPI détenues par les sociétés sont intégrées dans l’assiette taxable à l’IFI.


Quelles alternatives pour investir votre trésorerie d’entreprise dans des parts de SCPI ?

Deux alternatives sont envisageables pour bénéficier des rendements intéressants des SCPI :

La détention des parts en pleine propriété :

  • Dans ce cas, l’achat doit se faire sur le long terme. Minimum 8 à 10 ans. L’investissement est encore plus pertinent sur 20 ans ou alors en gardant l’actif indéfiniment en trésorerie pour bénéficier de sa capacité à générer des revenus élevés réguliers. Ce ne sont cependant pas des durées communes pour un placement de trésorerie. Nous allons voir qu’il existe d’autres solutions pour les durées plus courtes.
  • Contrairement à ce qui s’applique pour un bien immobilier classique, aucun amortissement n'est constaté (la société à l'IS ne comptabilise aucun amortissement sur les parts de SCPI qu'elle détient ni sur les immeubles détenus par la SCPI).
  • Par contre, pas de mauvaise surprise à la revente des parts. En effet, pas de réintégration dans la plus-value de l’amortissement (puisqu’il n’y a aucun amortissement).

L’achat d’Usufruit temporaire :

  • Concrètement, la société achète l’usufruit de parts de SCPI sur une durée fixée à l’avance (en général 5 à 10 ans), avec un prix d’achat préférentiel déterminé contractuellement. En parallèle, quelqu’un doit acheter la nue-propriété (en général un particulier souhaitant réduire son IFI) afin que la pleine propriété soit reconstituée. Au terme de l’Usufruit, le nu-propriétaire récupère sans action particulière et sans fiscalité l’intégralité de la pleine propriété. Astyrian Patrimoine propose des solutions permettant de mettre en relation ces deux populations et sélectionne pour vous les SCPI les plus pertinentes pour le faire.
  • Coté entreprise, les avantages de cette solution sont multiples. D’abord, elle offre des taux de rendement largement supérieurs (on ne paye qu’une petite partie du prix des parts en pleine propriété pour bénéficier de l’intégralité des revenus générés par la SCPI pendant la durée de l’Usufruit - environ 20 % de la valeur en PP pour une durée de 5 ans par exemple). Ainsi, l’usufruitier (votre société) perçoit les revenus des parts de SCPI comme si elle les détenait en pleine propriété.

Exemple : votre société achète l’usufruit d’une durée de 5 ans de 30 000 parts de SCPI dont le rendement est de 5%. Le prix de la part de SCPI est de 200 € et le prix de l’usufruit est de 40 € (20% du prix des parts). Elle place donc 1 200 000 € de trésorerie (30 000 parts * 40 €). Ses revenus seront de 300 000 € / an (5%* 30 000 parts * 200 €) pendant toute la durée de l’usufruit. Le rendement est donc calculé à partir du montant des parts de SCPI en PP et non du montant de l’usufruit.

Avec ces conditions, le TRI annuel s’élève (hors avantage fiscale décrit plus loin) à 8%, le tout avec un engagement de durée de détention fixé à l’avance.

  • Avantage fiscal (permettant de réduire la fiscalité de ces revenus) : les sociétés à l’IS qui détiennent des titres de SCPI en usufruit (viager ou à durée fixe) peuvent amortir cet usufruit (en fonction de la durée restante connue ou estimée lorsque l’usufruit est viager).
  • Cerise sur le gâteau, une fois que l’usufruit (UF) s’éteint, pas de réintégration de l’amortissement au terme de l'investissement.

Vous l’aurez compris, la solution d’achat d’Usufruit temporaire nous semble à privilégier pour les entreprises. Cependant, quelle que soit la solution retenue, le choix des sous-jacents (choix des SCPI à acheter) et la mise en relation avec des acheteurs de nue-propriété restent des points primordiaux. N’hésitez pas à contacter nos gestionnaires pour vous faire accompagner et réaliser des simulations.

Comme pour les contrats de capitalisation Français, il conviendra de vérifier que les statuts de l’entreprise sont compatibles avec ce type d’investissement.


Quelle fiscalité pour les parts de SCPI détenues par une personne morale à l’IS ?

Les revenus comme les plus-values (reventes d’immeubles au sein de la SCPI) sont imposés au sein de la société au taux de l’IS.

La SCPI doit déterminer le résultat distribué à ses associés personnes morales soumises à l'IS en appliquant les règles des BIC (CGI. art. 238 bis K).

Sont déductibles :

- les frais d'acquisition,
- les intérêts d'emprunt,
- Il y a par ailleurs réintégration dans le prix de revient des parts de SCPI des résultats imposés mais non perçus par la société IS (jurisprudence Quemener).

(1) : frais de gestion de la société de gestion


Supports pertinents (dans le cadre d’un compte titre ou d’un contrat de capitalisation)

Fonds euros (pour les contrats de capitalisation)

  • Exemple : le fonds euros Sécurité Target Euro peut se révéler être une alternative judicieuse. Avec son taux de rendement qui est pour l’heure le plus performant sur la place (4,05% net de frais de gestion en 2017), Sécurité Target Euro se différencie par son mode de fonctionnement innovant et offre la possibilité de profiter de l’évolution des marchés financiers à la hausse tout en étant protégé, avec un capital garanti en cas de baisse.
  • N’hésitez pas à nous consulter pour obtenir la liste des fonds euros accessibles en fonction de votre situation.

OPCVM

  • Sur la totalité des solutions que nous proposons, accès à un large panel de fonds (OPCVM) en architecture ouverte gérés par les meilleures sociétés de gestion de la place (Edmond De Rothschild, Carmignac, H2O AM, Amundi, Sunny AM, Financière de l’échiquier, etc.).
  • Toutes les classes d’actifs sont accessibles et sur chacune, nous sélectionnons pour vous les meilleurs fonds du marché.
  • Accès à des mandats de gestion de ces mêmes sociétés de gestion. L’idée dans le cas d’un mandat de gestion étant de bénéficier soit d’une gestion profilée (par profil de risque) soit totalement personnalisée

SCPI / SCI / OPCI

  • Rappel de la performance moyenne des SCPI en 2017 : 4,43% net de frais (frais de gestion des SCPI)
  • Exemple de performance* : SCI créée en 2007 dont la performance brute annuelle a toujours été comprise entre +1,80% et +8,89%. En moyenne depuis sa création, sa performance brute annuelle s'est élevée à 4,67% / an, soit 3,72% / an net de frais de gestion du contrat

Emissions obligataires

  • Il existe de nombreuses contraintes pour ce type de sous-jacent (montant minimum à investir, nature de la société, etc.)
  • N’hésitez pas à nous consulter pour en savoir plus.

Obligations structurées du marché ou obligations structurées sur mesure

  • Les performances potentielles dépendent essentiellement du sous-jacent sélectionné et du niveau de garantie attendu à terme. La pluspart des solutions proposent des performances brutes comprises entre 3% (pour les solutions les plus sûres) et 13% (pour les solutions les plus dynamiques).
  • Vous souhaitez connaître les produits du marché ou mettre en place un produit sur mesure ? N’hésitez pas à nous consulter.

Et quid de la fiscalité de votre trésorerie d’entreprise ?

Les intérêts perçus (ou l'assiette imposable dans le cas des contrats de capitalisation) s'ajoutent au résultat imposable et sont soumis au taux normal de l'IS, soit :

- 15 % pour la fraction de bénéfice inférieure à 38 120 €
- 28 % pour la fraction de bénéfice comprise entre 38 120 € et 75 000 €
- 33,33 % pour la fraction de bénéfice au-delà de 75 000 €

À noter : Le taux normal de l'IS va diminuer de 33 1/3 jusqu'à 25 % en 2022.


PLACEMENT TRESORERIE ENTREPRISE : CONCLUSION

La situation actuelle des banques et les taux qu’elles proposent obligent les dirigeants d’entreprise à se poser des questions sur l’optimisation de leur trésorerie d’entreprise et à revoir leurs stratégies d’investissement.

Selon la situation de votre entreprise (statuts, montant à investir, horizon de placement, part garantie en capital, objectifs, etc.), il est ainsi possible de viser un objectif de performance annuel allant de 1,5% à plus de 10% en lieu et place des 0,4% (voire moins) proposés par la plupart des banques de réseau pour votre trésorerie.

Vous souhaitez gagner du temps et bénéficier d'une réelle expertise ? Faites vous accompagner par des professionnels qui, après avoir étudié votre profil, vos statuts et vos objectifs, vous ferons des propositions concrètes appuyées par des simulations financières et fiscales complètes.

* : Analyse le 29/05/2018. Notez cependant que même s’il s’agit d’un des critères clés de notre analyse, les performances passées ne présagent pas des performances futures.

POURQUOI PASSER PAR ASTYRIAN PATRIMOINE ?

- D'abord pour bénéficier de nos conseils avec une approche globale du patrimoine (actifs financiers, immobilier, patrimoine privé et professionnel en France ou à l'étranger).
- Pour profiter de profils expérimentés formés à l'ESCP Europe (diplôme d’excellence en gestion de fortune) capables de vous accompagner sur les aspects juridiques, fiscaux et financiers de votre patrimoine.
- Une sélection des meilleurs contrats en architecture ouverte du marché pour accéder aux meilleurs fonds, qu'il s'agisse de produits sécurisés (fonds € ou fonds garantis) ou bien d’actifs plus dynamiques.
- Des frais extrêmement compétitifs.

Prénom*

Nom*

Email*

Téléphone*

Message

L'équipe Astyrian Patrimoine

Logo
Conseiller en gestion de patrimoine
11/06/2018
Astyrian Patrimoine

Créateur de valeur

Share This